~ En chantier ~

23 février 2017 // Travail en cours

AMPHITOPIE

théatre d'eau et de paysage - théâtre de plein air

CREATION D’UN THEATRE D’EAU ET DE PAYSAGE

Inventeur de technologies aquatiques permettant aux acteurs de marcher et de jouer directement sur l’eau, ilotopie est pionnier et leader mondial d’un théâtre d’eau inédit qui a déjà fait escale dans plus de 55 pays.

Avec notre équipe, notre imaginaire, nos savoir-faire, notre pluridisciplinarité, nos ateliers et un potentiel logistique éprouvé, nous proposons depuis plus de 15 ans des spectacles aquatiques destinés à plusieurs milliers de spectateurs sur fleuves, lacs et mers de la planète.

De ces années d’expériences panachées d’une volonté de renouvellement est né le projet de création dun théâtre deau implanté sur un site lacustre réinventé, avec bassin-scène et gradins paysagés.

Ce théâtre de plein air cherche aujourdhui son lieu.

Entre un bassin à creuser d’environ 15 000 mètres carrés, un gradin de terre végétalisé, un parc de stationnement et des annexes, il s’agit d’un site particulier à trouver, de 3 à 4 hectares, correctement desservi par le réseau routier.

 

  • Un site poétique

Le vent, l’eau, la terre, le soleil et les nuits étoilées sont les décors incontournables de ces lieux.

Nous pensons ainsi rendre à la Camargue qui nous a inspiré, un monde fantasmagorique, remis en jeu dans son propre paysage, mais effrontément dirigé vers des futurs imaginaires.

  • Un site à énergie positive

Utilisant les inépuisables et abondantes ressources locales que sont le vent et le soleil, le site est conçu dans un esprit biodynamique et ses infrastructures, ses accueils et son théâtre gérés de façon éco responsable.

Aussi nous envisageons de pourvoir une grande partie des besoins électriques via le solaire et l’éolien, de chauffer l’eau avec des chauffe-eau solaires, d’équiper les sanitaires de toilettes sèches…

  • Un site déquilibre nature-culture

La terre creusée du bassin-scène peut être remontée et stabilisée en gradins semé de verdure, renforcés en bordure par de larges planches vernies pour l’assise des spectateurs.

A vocation paysagère, un second bassin sur lequel sont amarrés de petites embarcation-bistrots, bateau-bouquins et barques, ainsi que des terrasses à pique-niques, peut offrir ses points de vue aux visiteur-spectateurs désireux de profiter plus longtemps des lieux.

Relié à la scène aquatique, ce bassin a aussi pour rôle la circulation et l’oxygénation des eaux et la faune aquatique peut y établir ses quartiers au cours des représentations.

Rehaussés et démontables, les petits bâtiments incontournables type loges, sanitaires, accueil-billetterie et autres, conçus de manière à s’intégrer à leur environnement sont prévus en bois et couverts par des tuiles photovoltaïques.

Ouvrant chaque année avec un nouveau spectacle nocturne, ce théâtre aquatique accueillera un millier de spectateurs par représentation, les week-end de juin, juillet et août, tandis qu’une création plus légère et de plein jour, sera proposée aux scolaires au printemps et à l’automne.

1 février 2017 // Nouvelle création

EffractioNocturne Création 2018-2019

Conjuguant l’alchimie de l’eau avec l’univers du rêve inconscient, EFFRACTION NOCTURNE explore les formes inédites d’un théâtre organique, sensoriel et suggestif ouvrant sur les paysages intérieurs d’une population à travers le récit de ses propres rêves et cauchemars.

Voyages fantasmés en soi, entre soi, chacun chez soi, seul ensemble et communautaires

Carnet surréaliste de croquis sociaux, cette fable contera avec humour les tribulations des habitants d’un bout de quartier en pleine crise existentielle. A la fois monstres et héros de leurs propres songes, interrogeant leur intégrité individuelle et collective, ils questionneront les frontières du dehors et du dedans, du public et de l’intime.

Dans un contexte d’instabilité, de dilution, de surgissement et d’engloutissement, les figures de ce bestiaire du quotidien esquisseront chacune des trajectoires de vie différentes, cherchant, ignorant ou percutant celles de(s)l’autre(s), tentant de réinventer leur engagement et leur relation au monde.

Étapes

Printemps/été 2018
› Recherches, écriture, construction et crash test – Port-Saint-Louis-du-Rhône
› Résidence et 1ère sortie de chantier – La Lisière – Bruyères-le-Châtel (91) – Mai
Automne 2018
› Résidence et sortie de chantier – Ville de Fontenilles (31) – 24 au 30 Sept., sortie de chantier le 29
› Résidence à Albine (81) en coproduction avec le CNAREP Sur le Pont – La Rochelle, le Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, la Communauté de Communes de la Haute Vallée du Thoré, la ville d’Albine – 1er au 14 Octobre, sortie de chantier le samedi 13 octobre.
Printemps 2019
› Résidence et avant-première – CNAREP Sur le Pont – La Rochelle (en cours)
› Résidence et sortie de chantier – LES EMBARQUES – Léry-Poses en Normandie, Agglomération Seine-Eure (à confirmer)
› Coproductions, premières et tournée : recherche en cours

Les premiers retours

« Le miroir du château de Bruyères-Le-Châtel, ce 25 mai 2018, crépite sous les gouttes de pluie, entre l’eau du ciel et l’eau du parc, glisse et se glisse les embarcations de la compagnie. A la tombée de la nuit, s’engage un ballet fantastique. La Lisière accueille une étape du projet, des esquisses de tableaux déjà fortes et assez abouties pour donner plus qu’une idée de ce que sera la création.
La force est dans l’articulation entre la nuit qui vient et le lieu, le dispositif scénique et les images qui procèdent des mouvements et de l’évolution des artistes sur le plan d’eau. L’ensemble concourt à produire des états de rêve. C’est une des choses remarquables dans le travail de la compagnie que cette puissance d’évocation onirique, comme si la scène du rêve était projetée dans l’espace qui se métamorphose en espace du rêve. Un rêve éveillé ! Une veille onirique ! […] »
Jean-Luc Langlais, Président de La Lisière

« Improbable escalier menant nulle part, un réverbère et son banc à la Peynet, jardinier fou ensemençant le miroir, cercueil mystérieux,… évoluent aux commandes d’improbables personnages à la surface de l’eau devant un  »stabile » multiforme, ancre du spectacle ; inimaginable féerie poétique rehaussée… d’étincelles de pluie. »
Joël Perot, spectateur, La Lisière – Bruyères-le-Châtel

Références, guides et inspirations principales

  • « L’eau et les rêves » du philosophe-poète Gaston Bachelard
  • Les œuvres vidéo de Bill Viola (qui a beaucoup travaillé avec l’eau)
  • L’oeuvre cinématographique de David Lynch
  • Isaac Cordal plasticien miniaturiste en espace public
  • La démarche et les spectacles de la cie belge de danse-théâtre Peeping Tom
  • Les inventions et univers atypiques de Kris Verdonck, cie A two dogs company (END + FRIEZE)
  • La démarche artistique de Joël Pommerat, compagnie Louis Brouillard
  • « L’intelligence du rêve » de la philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle

Forme et format en bref

  • Tous publics, jauge d’environ 800 spectateurs (selon la nature des berges)
  • Spectacle frontal et nocturne
  • Plan d’eau de  50x50m min. et d’1m de profondeur min.
  • De 12 à 13 personnes en tournée
  • Tarif dégressif dès la seconde représentation


Construire ce projet avec le vôtre

En ébauche à notre projet, nous avons initié dès 2015 un petit laboratoire d’écritures, de gestes artistiques et d’ingénieries inspirés par la dramaturgie et les mécanismes du rêve.

Ces recherches ont fait l’objet de 2 sorties de chantier sous le nom de L’EAU de Là. Sous forme d’entre sorts, ces petits rêves et cauchemars aquatiques ont troublé la surface des eaux du Festival des Envies-Rhônements à Port Saint Louis du Rhône en juillet 2015, et celles du Festival les BarBares à Meyrieu-les-Etangs en mai 2016. Des vidéos de ces représentations sont disponibles ICI.


Nous sommes sommes aujourd’hui à la recherche de nouveaux complices, pour nous accompagner dans l’aventure d’Effraction Nocturne. Que cette complicité prenne la forme de partenariats, de coproduction, d’accueil en résidence ou de préachats, elle s’articulera avec nos projets respectifs pour mieux qu’ils se nourrissent l’un-l’autre.
A chaque étape, il s’agit d’inscrire et stimuler notre propos en lien avec un terroir et ses habitants. Que cette émulation autour de l’eau se nourrisse parallèlement à des échanges avec citoyens et collectivités locales sur la gestion, les projets, les usages et bien sûr les imaginaires liés à l’élément.