~ En chantier ~

23 février 2017 // Travail en cours

AMPHITOPIE

théatre d'eau et de paysage - théâtre de plein air

CREATION D’UN THEATRE D’EAU ET DE PAYSAGE

Inventeur de technologies aquatiques permettant aux acteurs de marcher et de jouer directement sur l’eau, ilotopie est pionnier et leader mondial d’un théâtre d’eau inédit qui a déjà fait escale dans plus de 55 pays.

Avec notre équipe, notre imaginaire, nos savoir-faire, notre pluridisciplinarité, nos ateliers et un potentiel logistique éprouvé, nous proposons depuis plus de 15 ans des spectacles aquatiques destinés à plusieurs milliers de spectateurs sur fleuves, lacs et mers de la planète.

De ces années d’expériences panachées d’une volonté de renouvellement est né le projet de création dun théâtre deau implanté sur un site lacustre réinventé, avec bassin-scène et gradins paysagés.

Ce théâtre de plein air cherche aujourdhui son lieu.

Entre un bassin à creuser d’environ 15 000 mètres carrés, un gradin de terre végétalisé, un parc de stationnement et des annexes, il s’agit d’un site particulier à trouver, de 3 à 4 hectares, correctement desservi par le réseau routier.

 

  • Un site poétique

Le vent, l’eau, la terre, le soleil et les nuits étoilées sont les décors incontournables de ces lieux.

Nous pensons ainsi rendre à la Camargue qui nous a inspiré, un monde fantasmagorique, remis en jeu dans son propre paysage, mais effrontément dirigé vers des futurs imaginaires.

  • Un site à énergie positive

Utilisant les inépuisables et abondantes ressources locales que sont le vent et le soleil, le site est conçu dans un esprit biodynamique et ses infrastructures, ses accueils et son théâtre gérés de façon éco responsable.

Aussi nous envisageons de pourvoir une grande partie des besoins électriques via le solaire et l’éolien, de chauffer l’eau avec des chauffe-eau solaires, d’équiper les sanitaires de toilettes sèches…

  • Un site déquilibre nature-culture

La terre creusée du bassin-scène peut être remontée et stabilisée en gradins semé de verdure, renforcés en bordure par de larges planches vernies pour l’assise des spectateurs.

A vocation paysagère, un second bassin sur lequel sont amarrés de petites embarcation-bistrots, bateau-bouquins et barques, ainsi que des terrasses à pique-niques, peut offrir ses points de vue aux visiteur-spectateurs désireux de profiter plus longtemps des lieux.

Relié à la scène aquatique, ce bassin a aussi pour rôle la circulation et l’oxygénation des eaux et la faune aquatique peut y établir ses quartiers au cours des représentations.

Rehaussés et démontables, les petits bâtiments incontournables type loges, sanitaires, accueil-billetterie et autres, conçus de manière à s’intégrer à leur environnement sont prévus en bois et couverts par des tuiles photovoltaïques.

Ouvrant chaque année avec un nouveau spectacle nocturne, ce théâtre aquatique accueillera un millier de spectateurs par représentation, les week-end de juin, juillet et août, tandis qu’une création plus légère et de plein jour, sera proposée aux scolaires au printemps et à l’automne.

1 février 2017 // Nouvelle création

EffractioNocturne Création 2017-2018

Spectacle sur l'eau-Show on the water-ilotopie-water show-aquatic show

La cie ilotopie prépare une nouvelle création sur l’eau et les rêves : EFFRACTION NOCTURNE, fable aquatique peuplée de monstres et de héros contemporains, co-écrite et mise en scène par Dominique Noel en collaboration avec Bruno Schnebelin et les artistes d’ilotopie.

A travers l’alchimie de l’eau et le langage dramatique et imagé du rêve inconscient, cette tragi-comédie veut explorer les nouvelles formes d’un théâtre aquatique organique, sensoriel et suggestif ouvrant sur les paysages intérieurs d’une petite population en quête de sens.

Voyages fantasmés en soi, entre soi, chacun chez soi, seul ensemble et communautaires

 Carnet de croquis social surréaliste, « Effraction Nocturne » contera, non sans humour, les tribulations d’une dizaine d’habitants d’un bout de quartier, à travers leurs propres rêves et cauchemars.

Dans un contexte social de perte des repères, de concurrence et de défiance, les monstres et les héros de ce bestiaire sensible du quotidien vont se débattre avec leur existence, leurs pulsions, leurs angoisses et leurs contradictions. De lutte d’influence en aliénation, du renoncement à l’exclusion, ils vont chercher entre peurs, désirs et illusions à questionner et réinventer leur place et leur relation à l’autre, famille, voisin, étranger…

 

Des paysages sensoriels

De l’écriture aux premières représentations un laboratoire sur la perception et les sensations va chercher à développer des formes d’expressions sensorielles aussi bien dans la mise en scène que dans la scénographie, la mise en œuvre plastique de l’eau ou de la parole, le son et les effets spéciaux. Le rêve sera l’instrument dramatique de ces expressions.

Cherchant à donner corps à l’invisible, à l’indicible, l’espace émotionnel et mental des protagonistes se matérialisera dans le paysage, jusqu’à devenir lui-même paysage.

Ces sensations ouvriront vers d’autres sens, parfois en totale contradiction avec l’intelligibilité, mettant en perspective la complexité des contextes, des enjeux et des questionnements.

 

Un théâtre organique

L’eau qui nous intéresse ici, qu’elle soit maritime, champêtre ou engoncée dans les vacuités de l’urbanité n’en finit pas de transporter nos horizons vers des ailleurs imaginaires. Ainsi nous l’avons choisie comme la scène, mais plus encore comme le théâtre alchimique de ce nouveau face à face avec les publics.

Au-delà de la prouesse technique, au-delà de la surface miroir ou de glisse des précédents spectacles de la compagnie, l’eau sera abordée ici comme un élément organique dramatique, actif et réactif, dont nous allons cultiver les états et modifier les surfaces.

Ses manifestations scénographiques (engloutissements, émergences, murs d’eau, ruissellements, brouillard ou jets, eau jonchée, creusée ou souillée…) vont participer à la dilution des repères et à l’expression d‘une instabilité générale, en écho aux troubles qui traversent la dizaine d’acteurs sur scène.

Cœur battant de la petite communauté, une structure scénographique organique exprimera ses humeurs tantôt en réaction, tantôt en déclencheur des événements. Quintessence d’une « maison-village » évolutive, ses métamorphoses, de constructions en consumations ou dilutions redéfiniront les horizons de la petite population d’Effraction Nocturne.

 

Recherche de méthodologie adaptée à la création sur l’eau

Travailler sur l’eau ne va pas de soi. Aussi pour répondre aux exigences d’un spectacle abouti sur l’élément, plutôt que de procéder par étapes de disciplines (écriture, ingénierie, son, lumière, effets spéciaux, mise en scène et répétitions…) nous avons choisi de monter Effraction Nocturne par scènes en regroupant tous les corps de métier. Ecrites, oeuvrées et répétées de manière autonome elles seront ensuite tissées ensemble dans la mise en scène finale. Nous invitons à voir, à titre d’exemple, les premières séquences expérimentales travaillées en 2016 : ilotopie – Se la couler douce.

 

Forme et format en bref

  • spectacle tout public, frontal et nocturne d’une trentaine de minutes pour une 1ère étape et d’une cinquantaine de minutes pour les suivantes
  • 800 à 1000 spectateurs selon la nature des berges
  • 12 personnes en tournée
  • 10 acteurs sur l’eau
  • 60m d’ouverture par 40m de profondeur de scène
  • 2m de profondeur d’eau minimum pour certaines scènes

 

Références, guides et inspirations principales

  • « L’eau et les rêves » du philosophe-poète Gaston Bachelard
  • Les œuvres vidéo de Bill Viola (qui a beaucoup travaillé avec l’eau)
  • L’oeuvre cinématographique de David Lynch
  • Isaac Cordal plasticien miniaturiste en espace public
  • La démarche et les spectacles de la cie belge de danse-théâtre Peeping Tom
  • Les inventions et univers atypiques de Kris Verdonck, cie A two dogs company (END + FRIEZE)
  • La démarche artistique de Joël Pommerat, compagnie Louis Brouillard
  • « L’intelligence du rêve » de la philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle

 

 Co-productions et résidences

Pour mettre en place cette aventure artistique, humaine et technique nous recherchons des partenariats au long cours, en coproductions, pré-achat et accueils en résidences à proximité de plans d’eau.

Ces séjours en petit groupe d’abord, nous permettront d’aboutir chacune des séquences autonomes pour, par la suite, travailler à la mise en scène générale avec une équipe au complet. Chaque résidence donnera lieu à des sorties de chantier publiques sous forme d’entresorts aquatiques et sera l’occasion de mettre en oeuvre des recherches et ateliers avec des élèves, des étudiants et des habitants, pour nourrir notre propos, partager des technologies et attiser les imaginaires autour de l’eau et des rêves.

 

Résidences et représentations à prévoir fin hiver, printemps été 2018 :

  • 3 résidences de 5 à 8 personnes sur 6 jours chacune pour une mise en œuvre par scène
  • 1 résidence crash test et extrapolations de la scénographie centrale avec 6 à 8 personnes sur 7 jours
  • 1 résidences de 10 à 15 personnes sur 15 jours pour la mise en scène et les répétitions de l’ensemble du spectacle
  • avant-première, première et représentation d’Effraction Nocturne dans un format provisoire d’une trentaine de minutes

Résidences et représentations à prévoir printemps, été et automne 2019 :

  • 2 résidences de 5 à 8 personnes sur 6 jours chacune pour une mise en œuvre des nouvelles scènes
  • 1 résidences de 10 à 15 personnes sur 10 jours pour la mise en scène et les répétitions de l’ensemble du spectacle
  • première et représentations d’Effraction Nocturne dans son format final d’une cinquantaine de minutes

 

EFFRACTION NOCTURNE une histoire sans fin…

Effraction Nocturne est un projet que nous voulons laisser ouvert.

Une fois le spectacle sur les routes, nous souhaitons entretenir une dynamique de création, poursuivant recherches et écritures pour monter de nouvelles scènes.

Chacune d’elle pourra remplacer certaines séquences pour une adaptation aux contraintes des sites (profondeur d’eau…) ou au contraire s’imbriquer dans l’ensemble pour un format élargi s’adressant à une jauge publique plus importante.

Construire ce projet avec le vôtre

Dès 2015 en ébauche à notre projet, nous avons initié un petit laboratoire d’écritures, de gestes artistiques et d’ingénieries inspirés par la dramaturgie et les mécanismes du rêve.

Ces recherches ont fait l’objet de 2 sorties de chantier sous le nom de L’EAU de Là. Sous forme d’entresorts ces petits rêves et cauchemars aquatiques ont troublé de manière aléatoire et éphémère la surface des eaux du Festival des Envies-Rhônements à Port Saint Louis du Rhône en juillet 2015 et celles du Festival les BarBares à Meyrieu-les-Etangs en mai 2016.


Aujourd’hui, nous faisons appel à des partenaires et coproducteurs désireux de nous accompagner dans l’aventure d’Effraction Nocturne, en participant à son financement sous forme de co-production ou pré-achat et en nous accueillant pour des périodes de résidence et d’ateliers donnant lieu ponctuellement à des sorties de chantier.

Cet accompagnement peut avoir lieu sur la durée, du printemps 2017 au printemps 2019 en une collaboration qui pourrait être celle de compagnie associée sur 2 ans.

A chaque étape il s’agit d’inscrire et stimuler notre propos en lien avec un terroir, un quartier, un village. Que cette émulation autour de l’eau s’articule et se nourrisse parallèlement à des échanges avec citoyens et collectivités locales sur la gestion, les projets, les usages et bien sûr les imaginaires liés à l’élément.